dimanche 26 février 2012

Perricard, du château aux coteaux...





        Lorsqu'on quitte vers le Sud la vallée du Lot et ses terrasses alluviales, on arrive très vite dans les "collines" de Montayral, qui sont l'extrémité Ouest des Causses du Quercy : plateau calcaire entrecoupé de vallons secs aux versants parfois agrémentés de sources.
         
       C'est dans ce cadre qu'est situé Perricard, ancienne paroisse aujourd'hui intégrée à la commune de Montayral, et dont on remarque dès l'abord le château  qui domine les fermes voisines .   


Château de Perricard en octobre


         A partir d'une tour carrée ( reste d'un ancien manoir ? ), le château a été bâti au 16ème siècle autour d'une cour fermée, et un de ses caractères distinctifs est l'abondance des éléments de construction de style Renaissance.
          Il est inscrit à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1927.
                                                    

                                     Château de Perricard : fenêtres de la façade Sud                           


         Portes et fenêtres sont pourvues d'une ornementation très riche, contrastant avec l'appareil assez rustique des murs. On remarque, sur les deux ouvertures  présentées ci-dessus : les roses sculptées de la fenêtre de droite, typiques de l'école " cadurcienne ", et les fines moulures de celle de gauche ; ainsi que les reliefs très marqués de la partie supérieure des encadrements, qui se terminent à mi-hauteur par des  "culs de lampe " ouvragés . Dans le Fumélois, on retrouve des fenêtres analogues sur la façade Renaissance du Prieuré de Monsempron.
          Pour plus de détails sur le château, on peut, en particulier, consulter ( et télécharger ) sur le site Gallica de la BnF : " Le château de Perricard en Agenais " , article de G.Tholin et Ph.Lauzun paru en 1898 dans la Revue de l'Agenais.



Perricard en avril


           Bien que son origine remonte au XIIème siècle, l'église Saint-Martincoeur de l'ancien village, n'est pas classée monument historique . Elle a fait en effet l'objet de nombreuses transformations au fil des siècles : reconstruction au XVIIème ( clocher et ouvertures ), transformation de la voûte et construction de deux chapelles latérales au XIXème, adjonction d'un porche d'entrée au XXème . Le XXIème siècle lui-même y a ajouté une petite touche"urbanistique" ( lampadaire rouge à gauche sur la photo ).  


 Eglise Saint-Martin


          La richesse patrimoniale de l'église réside surtout dans sa décoration intérieure : de beaux vitraux restaurés tout récemment, une Vierge à l'enfant en bois sculpté recouvert d'une feuille d'or ( datée de la fin du XVIIIème siècle, et classée en 1964 ), et surtout une Vierge de pitié ( Pietà )  du XVIème siècle, de facture assez primitive, logée dans une petite niche tout en haut de la nef ( inscrite à l'inventaire en 1974 ).


Vierge de pitié ( XVIème siècle )



  Promenade-découverte
à Perricard

        Cette partie du territoire communal de Montayral est traversée par deux sentiers balisés de petite  randonnée ( en jaune sur la carte ) qui prennent leur départ près de l'Observatoire astronomique, ou sur l'aire de repos de Bourlens. Leurs circuits complets sont téléchargeables sur le site de l'Office de Tourisme " Fumel-Vallée du Lot "  .
         Les chemins ruraux du secteur ( en vert ) reliaient souvent les fermes des collines à la vallée du Dor ; lorsqu'ils n'ont pas été transformés en sentiers de randonnée, ils sont souvent impraticables ( pointillé vert ).
          La promenade figurée  en rouge sur la carte a son point de départ au parking de l'église, et y revient après environ 5 km. Elle n'est bien sûr pas balisée ( se munir de la carte IGN 1939 E ).   
         


Cliquer pour agrandir la carte
          A remarquer : 

          Les pentes abruptes dominant le Dor et la combe de Bazérac étaient, jusqu'au XIXème siècle, couvertes de vignes.  Témoins de cet ancien vignoble, deux gariottes ( sans doute les seules sur la commune de Montayral ) subsistent encore au lieu-dit " Camp d'Arquié ".
        


Gariotte au Camp d'Arquié

                                                                 

       Les coteaux qui longent la vallée sèche de Bazérac appartiennent au périmètre Natura 2000  "Coteaux de Thézac et Montayral" ; ils abritent un certain nombre d'espèces subméditerranéennes en limite Nord de répartition ; entre autres, la Catananche bleue ( Catananche caerulea ), astéracée facilement identifiable à la couleur argentée de ses bractées, et l'Ophrys jaune ( Ophrys lutea ) petite orchidée précoce, que sa couleur distingue de ses soeurs plus tardives.
      Ces deux espèces sont protégées dans le Lot-et-Garonne ( arrêté ministériel du 8 mars 2002 ).





           On remarquera aussi deux arbres qui peuvent être qualifiés de " remarquables " :
           - Le vieux chêne de Layrolle, déjà photographié par J. Loméro il y a 30 ans dans son beau livre " Montayral " ( 1981 ), existe toujours, quoiqu'un peu malade, sur le talus en face du hameau.
           -  Un alisier torminal ( Sorbus torminalis ), situé au sommet de la colline, au Sud du château, possède un tronc atteignant les 2 mètres de tour, ce qui est assez exceptionnel pour cette espèce.  



Alisier de Perricard





Combe de Bazérac





                                              















































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire